Dans la tête de Garfieldd - Jeudi 29 Juillet 2004

Soutenons GarfielddOui c’est vrai, la première fois que j’ai lu ce texte, j’ai été choqué. Et puis… et puis j’ai commencé à imaginer que ce jeune homme puisse être une jeune femme… j’ai commencé à entrevoir la sensualité de l’instant… et là… et bien autant l’avouer, j’ai commencé à t’envier, presque à t’admirer, d’avoir le courage (ou la folie ?) d’oser.

L’âge des premières fois…

Je les vois arriver tous les deux, l’air tranquille, ils cherchent une place confortable pour étendre leurs serviettes de bain.
Ils jettent négligemment leurs sacs à dos, extraient les serviettes de bain et les étalent, cherchant la bonne orientation face au soleil.
L’un des deux est typé rebeu, quand il ôte son t-shirt, il laisse voir un peu de ventre, des poignées, quelques kilos en trop… Il se cache pour ôter son short et enfiler un slip de bain.
Son copain est beaucoup plus fin. Plus l’aise avec son corps également. Son ventre est plat et poilu. Son regard, quand il remontre crânement ses lunettes de soleil sur son front, est direct.
Alors qu’il échange son shorty pour un maillot de bain rouge, il me regarde franchement. Je l’observe avec plaisir pendant ces quelques instants de nudité totale.
C’est un beau garçon de 28 ou 30 ans…
Physiquement, il me plait et je me mets sur le ventre pour que mon intérêt pour lui ne se manisfeste pas de façon trop visible…
Il part nager avec son copain. Je les regarde marcher vers la mer, je le regarde lui surtout. Belles épaules, taille fine, sans que ce soit visiblement musclé.
Je les regarde encore par dessus mon bouquin alors qu’ils reviennent ruisselants d’eau de mer.
Il s’éponge soigneusement. Les bras, la poitrine, il semble se caresser le ventre et vouloir sécher aussi son maillot de bain rouge…
Et il me regarde toujours avec la même intensité.
Pas de sourire. Aucun mot échangé. Aucun signe mais pourtant je sais qu’il y a quelque chose…
Etendu sur sa serviette, il ajuste ses lunettes de soleil sur son nez, ce qui me permet de constater qu’il me regarde toujours.
Un leger mouvement du bassin alors qu’il est étendu sur le ventre, mouvement qui me trompe pas les garçons, on fait tous ça pour donner un peu d’aisance à nos attributs parfois à l’étroit, me confirme dans mes hypothèses. Ce garçon est avec son copain et… je ne lui suis pas indifférent.

Je prends dans mes affaires un morceau de papier, un stylo et j’écris mon numéro de téléphone, précisant que je suis à Marseille jusqu’au 18 août.
Je lui montre le papier et lui indique que ça lui est destiné. Il me fait un signe discret des yeux pour me montrer son copain vautré et offert aux rayons du soleil de cette fin d’après midi.
Discrètement, je lui glisse le papier. Discrètement il le range dans la poche de son sac. Sans doute le jettera-t-il dès qu’il sera rentré à la maison avec son copain.

Peut-être trouverez vous cela surprenant mais… c’est la première fois que je me rends compte que quelqu’un - dans un espace public - me désire, et c’est la première fois de ma vie que j’ose faire ça.


Garfieldd, le Jeudi 29 Juillet 2004 à 22:28

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.oum.fr/trackback/22

Haut de page